Voyage en Norvège 1. Oslo

L’ARRIVÉE EN TERRE PROMISE

Oslo, au fil des déambulations

Oslo, au fil des déambulations

À plusieurs reprises, lorsqu’il a été question d’évoquer notre futur voyage en Norvège avec des amis, le mot d’ordre général était : « Ahhhhh, mais attention, il ne faut surtout pas rester plusieurs jours à Oslo », sous prétexte que la ville ne présentait aucun attrait.
Pourtant, à la lecture des guides, je trouvais de nombreuses activités à faire, et malgré les « on-dit », je me réjouissais de ces quelques visites, certes non sans appréhension…

Arrivée à Oslo Gardermoen à 15h, avec 1h30 de retard. Nous voyageons avec Norwegian, pour 220€ A/R pour deux personnes, bagages compris. Direction le Gaustad Hostell où nous devons passer les trois prochaines nuits. Après quelques frayeurs de derniers instants, lors d’un dernier coup d’œil à la carte d’Oslo, où nous avons l’impression d’être très excentrés, nous nous installons et constatons que nous ne sommes qu’à 10mn en métro ou tram du cœur d’Oslo. Un accueil charmant, une chambre très fonctionnelle et surtout climatisée. Parfait quand on sait qu’il fait une trentaine de degrés dehors et que c’est le temps prévu pour plusieurs jours. Un hôtel attenant à l’hôpital principal, qui accueille aussi bien patients, leurs familles et badauds de passage. Pas le décor le plus romantique qui soit, mais beaucoup de confort, une situations plutôt idéale et un petit déjeuner-buffet très copieux.

Jour 1. Premiers pas.
Les sacs posés, et une tenue estivale passée, nous partons à l’assaut du Parc Vigeland. Au sortir du métro, Thor nous accueille comme il se doit : c’est un véritable déluge de pluie et de grêle qui s’abat sur nous. Seulement dix minutes plus tard et quelques degrés de moins, l’été reprend son cours.

Le superbe parc Vigeland après l'orage

Le superbe parc Vigeland après l’orage

Quel ravissement de se promener dans les allées de cet étonnant parc et d’admirer les jolies sculptures imaginées par Gustav Vigeland, surnommé (à tort ?) « le Rodin du Néanderthal » – je ne sais plus trop pourquoi, mais est-ce vraiment important…? Ces sculptures ont su éveiller ma curiosité et titiller mes émotions. Postures étonnantes, visages expressifs à souhait, seuls ou accompagnés, ces êtres de bronze et de granit sont installés dans un vaste complexe monumental. Pas moins de 212 sculptures vous accueillent le temps d’une promenade ou d’un pique-nique.
J’ai adoré !

Un dîner au restaurant indien Curry & Ketchup (rapport qualité/prix très intéressant, pour un repas parfumé à souhait) plus tard, nous voici à l’assaut des rues, au petit bonheur la chance. L’occasion de découvrir un quartier résidentiel chic, mais très bucolique, joli comme tout. Des pas qui nous ont menés un peu par hasard, jusqu’au Palais royal, puis jusqu’au Théâtre National.
Une première bonne impression qui ne nous quittera pas !

Musée Munch...

Musée Munch…

Jour 2. Au programme, visites de musées et balades.
Nous commençons par le Musée Munch (impossible pour moi d’attendre plus longtemps !), où je (re)découvre les superbes gravures de l’artiste. Elles m’avaient déjà fait beaucoup d’effet à la Royal Academy de Londres, il y a quelques années… un sentiment qui ne s’est pas estompé avec le temps. J’aime toujours autant ces autoportraits, ces portraits de femmes, ces paysages solaires, vivants et vibrants. Un musée très bien conçu, présentant les diverses périodes de création de l’artiste. Ce par thème, tout en incluant des éléments de la vie de l’artiste, fondamental pour bien saisir l’essence même de son travail. Présentation conçue pour l’exposition temporaire en cours « Throught Nature », à voir jusqu’au 4 janvier 2015.
Déjeuner à la cafétéria du Musée, sympa (où je me suis fait plaisir avec un petit gâteau au noix que je n’ai su résister à photographier – voir montage un peu plus haut).
Puis direction le Jardin botanique, où nous visitons les serres en accès libre. Quelques installations étonnantes : vraiment très chouette !

Nous enchaînons avec la Galerie Nationale, gratuite le dimanche. Là encore, très agréable surprise. Découverte de peintres norvégiens dont je ne soupçonnais ni l’existence, ni le talent : Harald Sohlberg, Eilif Peterssen, Hans Fredrik Gude, Peder Balke, pour ne citer qu’eux. Une muséographie intelligente et agréable. Un musée assez peu fréquenté (comme la plupart des musées que nous avons visité d’ailleurs). J’aime !!!

Ce soir là, nous goûtons enfin à l’akevitt. Depuis le temps que je voulais y goûter… Verdict ? Pas mauvais !
Pour clore cette belle journée, nous nous dirigeons vers la Forteresse d’Akershus dans un premier temps, qui offre une vue imprenable sur la baie d’Oslo, puis vers le port et l’Opéra. Une architecture tournée vers l’avenir, qui offre une facette résolument moderne à la ville.

Les musées de la Presqu'île de Bygdøy

Les musées de la Presqu’île de Bygdøy

Jour 3. La presqu’île de Bygdøy.
Sous un soleil de plomb, nous empruntons le ferry en direction du Norsk Folkemuseum, écomusée à ciel ouvert situé dans un gigantesque parc très agréable. Il y a de quoi passer des heures à sillonner ses allées, tant les possibilités sont grandes. La plupart des petites maisons typiques qui jalonnent le parcours sont ouvertes et accessibles à la visite, avec dans nombre d’entre elles des hôtes en costume d’époque, prêts à vous conter l’histoire du lieu. Un musée à ne rater sous aucun prétexte, tant il regorge de maisonnettes plus jolies les unes que les autres, voire de villages entiers recréés. L’église en bois debout est absolument magnifique. Un vrai bijou.

Toujours sous le soleil, direction le Vikingskipshuset (dont le billet, soit dit en passant, donne accès durant les 48h suivantes au Musée d’Histoire d’Oslo, dont j’aurai le plaisir de vous parler plus tard), où l’on peut voir de splendides vestiges de drakkars.

C’est sur cette dernière visite que s’achève cette première étape. Au sortir du ferry, quelques bières plus tard, nous rentrons à l’hôtel pour une dernière nuit à Oslo, avant de partir vers le Nord, au delà du Cercle Polaire.
Un séjour à Oslo qui nous a vraiment plu. Oslo m’est apparue comme une ville chaleureuse et accueillante, riche d’un passé et d’une culture foisonnants, au charme envoûtant.
Fi de toutes les critiques entendues ici ou là. Nous sommes partis à la conquête de cette ville emplis de doutes, nous rentrons enchantés. S’il est un mot que l’on retrouve partout dans ce billet, c’est bien celui d’agréable. Parce que finalement, je me suis sentie un peu chez moi dans cette ville.

Merci à tous ceux qui sont arrivés jusqu’ici de cette note-fleuve quelque peu trop détaillée et technique, mais je m’efforce de donner un maximum de détails, pour contenter les curieux qui prépareraient à leur tour une expédition en Norvège.

Une réflexion sur “Voyage en Norvège 1. Oslo

  1. hihiii…. très intéressant tout ça…… mais je confirme le « presque » tu t’en doutes…. même si c’est beau….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s