Voyage en Norvège. Là où tout a commencé.

UN VOYAGE TANT ATTENDU

Une éternité que je n’étais pas venue écrire sur ce blog. Pour fêter l’occasion, j’ai décidé de faire un peu de ménage ici ou là, et de reprendre sur une note à rebondissements. Chaque jour (dans la mesure du possible), je reviendrai avec une étape de ce voyage, pour vous conter monts et merveilles. Pour vous conter l’impensable beauté de ces paysages, imprégnée au plus profond de mon regard, de mes souvenirs.

Ces dernières semaines, Le Suisse et moi-même sommes partis à l’assaut des paysages époustouflants de Norvège. Ce fut un voyage magnifique, à la hauteur de mes attentes et bien au-delà.
Un voyage planifié à l’avance, au presque millimètre près.

Ici ou là, sans trop vous en dévoiler

Ici ou là, sans trop vous en dévoiler

A l’origine de ce voyage, de nombreuses lectures (Herbjørg Wassmo, Ketil Bjørnstad‎, Henrik Ibsen, Knut Hamsun‎, Gunnar Staalesen, etc.), des sons (Nils Petter Molvær, Eivind Aarset, Edvard Grieg, etc.), des images, qui n’ont cessé d’orienter mon regard et mes envies.
Il y avait des villes, mythiques, telles que Bergen, où je rêvais de suivre Varg Veum, le célèbre privé norvégien… Des villes dont rien que l’évocation du nom laissent rêveur, nom synonyme d’ailleurs, de lointain rivage, de jours ou de nuits sans fin.
Il y avait des images. Mentales d’abord, forgées au fil des lectures. Puis les photographies, toutes plus dingues les unes que les autres, de fjords, de luminosités, de montagnes, de ports, de tout ce qu’on peut s’imaginer quand on pense à la Norvège.

Munie de guides (Routard, Lonely Planet, ainsi que du guide Norvège de la Bibliothèque du voyageur), dont la lecture de chevet me faisait rêver tout éveillée, je cornais des pages, je compulsais frénétiquement des sites internet, j’essayais de goupiller le voyage de mes rêves.

Il y eut quelques déconvenues bien sûr, au moment de réserver ici ou là (des trajets, des nuits), mais c’est aussi toute cette préparation, ces déconvenues et les nouvelles idées, qui ont façonné ce voyage.
Des désirs de destinations, quelques uns restent encore inassouvis : Tromsø, Geirangerfjord, Ålesund, etc. Mais d’autres ont su palier aux manques.
Car nous ne pouvions aller partout. Le plus étonnant avec la Norvège, quand on vient de France par exemple, c’est sa superficie. Pour ma part, je ne m’en suis vraiment aperçue que lorsqu’il a été question de prévoir les transports. J’avais l’idée de parcourir ce pays en voiture… de découvrir par la route la majesté de ses paysages. Deux problèmes majeurs ont freiné ce projet :
– l’envie d’aller partout, et notamment au delà du Cercle Polaire (essayez de planifier un itinéraire entre Oslo et Tromsø et vous arriverez probablement à la même conclusion que moi…)
– n’ayant pas la moindre envie de conduire à l’étranger, il était hors de question de laisser Le Suisse se taper tout le sale boulot ! En tant que passager, la route est souvent agréable, mais le conducteur n’en profite pas vraiment. Et l’idée, c’était de profiter. A deux. D’autant que conduire dans les fjords s’avère souvent assez long. Plus que ce que l’on pourrait le penser. Ce bien que Google Maps fournisse des itinéraires auxquels on peut se fier (à condition d’emprunter les routes proposées).

Itinéraire pour un tour de la Norvège

Itinéraire pour un tour de la Norvège

Voici comment les étapes se sont peu à peu dégagées du projet, pour devenir réalité :
1. Paris > Oslo (avion)
2. Oslo > Bodø (avion)
3. Bodø > Moskenes > Bodø  (ferry + voiture)
4. Bodø > Trondheim (train de nuit)
5. Trondheim > Bergen (avion)
6. Bergen, le Nærøyfjord et les églises en bois debout (voiture + ferry)
7. Bergen > Stavanger (avion)
8. Stavanger > Oslo (train de nuit)
9. Oslo > Paris (avion)
Des étapes qui ont parfois subi de profondes modifications, par la force des choses, modifications qui se sont souvent avéré judicieuses, sauf imprévus indépendants de notre volonté.
Bien que certaines modifications aient été effectuées une semaine seulement avant de partir, tous les gros trajets et toutes les nuits avaient été réservées à l’avance. Les vols dès le mois de janvier (chez Norwegian pour la plupart, et chez SAS). Les trains, dès l’ouverture des ventes des billets minipris (deux à trois mois avant la date), les ferries et voitures plusieurs mois avant. Quant aux nuits, progressivement, dès l’achat des billets de transport, et jusqu’à une semaine avant.
Je voulais un voyage sans stress, avec le maximum de confort possible. Réserver à l’avance laisse, soit, peu de chance à l’improvisation, mais je ne voulais pas risquer des heures de galère, ni d’exploser notre budget plus que de raison. Ce qui s’est produit, malgré tous nos efforts. La vie en Norvège est hors de prix. Quand on arrive, cela surprend. Le moindre plat à plus de 100 NOK (un peu plus de 12€, en fonction des taux de change) effraie. Puis, par la force des choses, on commande. Un burger à 180 NOK ? OK, pas de problème. Un plat à 280 NOK, mais oui bien sûr ! Une bière (33cl) à 92 NOK, on gère. A côté de cela… il y a les logements avec kitchenette, où on mange des pâtes, pour équilibrer. Puis partir dans l’idée de se priver, pour nous, ce n’est pas envisageable. Alors on fait attention, mais on se fait aussi plaisir, pour ne rien regretter.

En chiffres, 18 jours de voyage, 17 nuits, et 2364 photos. Je viens de calculer. Hum. Je tairai le budget final (que je n’ai d’ailleurs pas moi-même osé calculer), mais pour vous faire une idée, dites vous que logements et moyens de locomotion compris seulement, pour deux, nous en avions déjà sur le papier pour plus de 3000€. En comptant quelques réservations-plaisir plus coûteuses que les autres, il faut avouer, mais tellement appréciables !

En attendant le ferry, à Gudvangen.

En attendant le ferry, à Gudvangen.

Voici pour les préparatifs. Avant de vous retrouver demain avec le premier récit de ce périple norvégien, je conclurai en vous promettant de nombreuses traversées en ferry, de nombreux kilomètres à parcourir des paysages de dingue et des tunnels. Beaucoup de tunnels. En vous promettant de vous conter toute la beauté que nous avons emmagasinée en nous, mais aussi le soleil, la pluie, la brume. L’herbe, les fleurs, les arbres, les rochers, les montagnes, les fjords. Les animaux. Le tout arrosé par de la bière. De nombreuses bières différentes. Par des fruits secs au yaourt, des burgers, de l’aquavit, du poisson, des framboises. J’essaierai de vous conter la chaleur des norvégiens. Leur accueil bienveillant (à une exception faite). Et dans la mesure du possible, j’essaierai de faire le tri dans nos photographies et de vous emmener avec nous dans ce grand voyage.

4 réflexions sur “Voyage en Norvège. Là où tout a commencé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s