Souvenirs

SHABADABADA

Mes passages en ces lieux s’espacent…
Une fois de plus, j’aurais tant voulu vous parler des expositions actuellement présentées à la Maison rouge (la suite inexacte en homologie singulière de Jean de Maximy et « Voyage dans ma tête ») et à la Cité de l’architecture et du patrimoine (Archi et BD : la ville dessinée)…ainsi que de ces films fantastiques que sont L’Illusionniste (Sylvain Chomet) et El Secreto de sus Ojos (Juan José Campanella)… Mais le temps m’a manqué.

Aujourd’hui je reviens en coup de vent pour évoquer un souvenir Shabadabada.

Il s’agit de l’album News Of The World, de Queen.

Si tu cliques, tu verras, c'est encore plus effrayant !

Je vous ai bien sûr déjà conté mon attachement aux images…
Je lisais cette semaine… (mais où donc ?), quelqu’un parler d’un attachement ancien à une chanson… évocatrice et constitutive de cette personne.
Aujourd’hui, je choisis donc non seulement d’évoquer ce souvenir musical, mais aussi tout le folklore et les frissons qui l’accompagnent.

De mon enfance se bousculent les souvenirs. Tous mes sens sont en émoi quand j’y songe… Mais s’il est un des souvenirs les plus marquants de cette lointaine époque, ce crois que je peux sans doute aucun évoquer celui-ci comme l’un des plus sulfureux de ma tendre jeunesse.

Je ne saurais pas dire quel âge j’avais… mais toute ma vie je me souviendrai du jour où j’ai découvert les vinyles de mes parents. Non pas qu’ils aient jamais été cachés… mais simplement que jusqu’à ce jour là, jamais l’idée ne m’avait probablement parcourue.
Me voici donc devant cette caverne d’Ali Baba… regorgeant de moult Beatles, Pink Floyd et autres merveilles… puis de découvrir les pochettes des albums de Queen. Jazz, d’abord. Où je découvrais, les joues rouges, le panoramique intérieur aux mille femmes nues… News Of The World, enfin. Une pochette qui n’a jamais cessé de hanter mon imaginaire. Rencontre d’une violence assez troublante… que je ressens encore aujourd’hui rien qu’à l’idée d’évoquer ce souvenir.

Effrayant non ?

Un souvenir shabadabada disais-je ?
Oui ! Parce qu’en contrebalancé, la découverte de cet album a été une vraie révélation pour moi. D’un côté insoupçonné. Moi qui enfant ne jurais que par Daniel Balavoine et France Gall… Quelle découverte !
Puis, au delà des chansons-hits de cet album… mes oreilles, s’arrêtaient plus sur Sheer Heart Attack ou All Dead. Il y a quelque chose de sombre dans cet album.
C’est assez difficile à raconter… cette histoire entre News Of The World et moi. Une histoire de fascination-répulsion. Quelque chose d’intérieur. Une violence en moi révélée. Un côté sordide. Accompagné d’une farandole d’images qui viennent se greffer à ce premier imaginaire. Farandole constituée de science fiction (1984, Soleil vert, etc.)… s’entremêlant à mon côté profondément sensible (à la limite de la sensiblerie). Une ambivalence douteuse.

Et vous ? marqués par un album ?

2 réflexions sur “Souvenirs

  1. Marrant ça j’avais aussi le vinyl(de mes parents donc) de News of the World. Mais pas de répulsion j’adorai la pochette.

    Un album marquant ?
    Radiohead, OK Computer. J’ai entendu karma police et j’ai acheter le deuxième CD. L’album est passé en boucle dans ma chambre pendant 2 ans.

    • 🙂 Moi aussi j’ai été marquée par OK Computer. Et par bien d’autres albums. Mais BEAUCOUP plus tard !
      Quant à la pochette de News Of The World, c’était un peu violent, tout de même, pour mon p’tit cœur de fillette. Mais étrangement, j’étais super attirée par le visuel. D’où la « fascination/répulsion ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s