Quand l’absurde entre dans votre vie…

AU DELÀ DU RÉEL, L’AVENTURE CONTINUE

Paul Nougé, La Jongleuse, de la série « Subversion des images », 1929-1930

Paul Nougé, La Jongleuse, de la série "Subversion des images", 1929-1930 / Épreuve gélatino-argentique, tirage moderne de Marc Trivier d’après le négatif original, 20 x 20 cm / Archives et musée de la littérature, Bruxelles.

Aburdité du moment, le Surréalisme n’a de cesse de s’inviter sur ces quelques pages. Il ne manquait plus qu’il ne fasse son apparition dans ma vie.
C’est donc chose faite ! En fanfares s’il vous plaît. De quoi expliquer ma longue absence en ces lieux… et ma présence par cette nuit d’octobre où mes idées vagabondes nuisent à mon repos salvateur…

Après vous avoir conté Monts et merveilles quant aux collages de Max Ernst, exposés au Musée d’Orsay il y a de cela quelques temps… Sans oublier la plupart des derniers billets postés en ces lieux, chacun emprunt d’une once de surréel… voici venu le temps de vous glisser quelques mots sur La subversion des images, exposition qui se tient depuis le 23 septembre dernier au Centre Pompidou.

Je ne voulais rater cet événement pour rien au monde. Pire, je l’attendais.
Bien que je n’aille au Centre Pompidou qu’avec une très grande parcimonie depuis que je ne suis plus étudiante en arts et de surcroît considérée comme « vieille » dans la plupart des musées parisiens (voire français)… [depuis qu’un individu à décrété qu’au delà de 26 ans on n’avait plus le droit de bénéficier de tarifs réduits (étudiant ou pas !). Voici comment la majorité de mes amis doctorants – et moi même, égarée dans les études longues et souhaitant en sortir au plus vite par des chemins détournés – n’ont pratiquement plus accès à la culture. Effarant… mais là n’est pas le sujet du jour], il fallait absolument que je fasse l’effort de m’y rendre. (Parce que je sais, aussi, que je suis presque toujours « servie » lorsque je m’y rends… que ce soit pour la grande exposition surréaliste, l’exposition Hitchcock… ou que sais-je encore ?)

Une fois mes 12€ déboursés, non sans amertume, le sésame en poche je pouvais donc me jeter à corps perdu « dans » les oeuvres exposées pour l’occasion. Centaines de photographies ubuesques, absurdes, en un mot « surréelles » – si l’on en croit la légende.

Noire & Blanche 1936 © Man Ray Trust - ADAGP Paris 2008

Noire & Blanche 1936 © Man Ray Trust - ADAGP Paris 2008

Découverte de clichés amusants et amusés d’artistes épatants, touchants, tendres, drôles, créatifs, etc.
Sourire aux lèvres, de me déplacer d’image en image, dressant des parallèles autour de pratiques évocatrices : rares sont ceux qui n’ont un jour fabriqué de telles mises en scènes… coupé, collé, déchiré, imaginé de toutes pièces des scénarios absurdes ou étonnants… Pièces de photomatons, images privées, images détournées, clichés scientifiques, tout peut devenir surréel…

Je vous invite à découvrir cette exposition à votre tour. Vous émerveiller devant de célèbres photographies (d’un Man Ray, d’une Dora Maar, d’un Hans Bellmer, etc.) et de vous arrêter sur les moins connus (si je puis dire…) : s’étonner de rencontrer le nom du non moins célèbre Henri Cartier-Bresson… Ouvrir grand les yeux devant les autoportraits de la nantaise Claude Cahun, énigmatique figure du surréalisme… Voir ou revoir les étonnants miracles dévoilés par Jean Painlevé… S’arrêter devant un film de Buñuel… prendre le temps de ne rien rater. De tout contempler. De voir. Enfin voir. (Et puis pour 12€ on peut bien s’attarder un peu non ?)

Images de vie courante, pornographiques, artistiques, publicitaires, documentaires… La subversion des images (titre emprunté à la série de Paul Nougé citée plus haut : voir image de haut de page) se donne en spectacle jusqu’au 11 janvier 2010. Le détour vaut la dépense*.

Sur ces mots, je vous quitte et m’en vais essayer de dormir pour les quelques quatre heures restantes… avant la sonnerie du réveil.
Demain sera un autre jour, sous le signe du surréalisme, toujours… Et une fois de plus je compte bien provoquer un peu le destin… J’ai prévu un petit extra… Extraordinaire.

Portez vous bien !

* A mon humble regret je ne saurai prendre en mains le SAV… merci de garder vos plaintes pour vous… ou de les confier aux trous dans les arbres. Ils sont aussi là pour ça, ne l’oublions pas.

5 réflexions sur “Quand l’absurde entre dans votre vie…

  1. hahaha!!je vois que malgré tes « soucis » quotidiens : travail, administratif pffff, tu gardes toujours ton humour qui me va droit au coeur et j’en suis très contente et fière à la fois et je te dis de continuer comme ça car tu fais des heureux quand tu nous fais tes pages d’écriture.
    Tu es bien définitivement une amoureuse de »l’art »dans tous les sens du terme.
    gros bisous ma fifille

  2. J’ai bien aimé la visite et beaucoup d’images sont vraiment intéressante et parfois un peu petit, il faut bien se rapprocher pour en voir les subtilités.
    Quelques heures dans une après-midi fût un peu court pour tout apprécier à sa juste valeur.
    Il est clair aussi que le prix est un peu abusé. La culture se paye cher à Paris !
    D’ici janvier, je pense que j’aurai et j’espère l’occasion d’y retourner.

  3. Ovar > Merci pour ton petit mot ! Oui, trop loin, je sais bien ! Mais c’est vous qui êtes trop loin !!
    Cette histoire de trou au creux d’un arbre je l’ai entendue la première fois dans un film (2046) de Wong Kar Waï : “Autrefois, quand on avait un secret que l’on ne voulait confier à personne, on allait dans la montagne creuser un trou dans le creux d’un arbre pour y chuchoter son secret. Puis on rebouchait le trou avec de la terre alors le secret était bien gardé pour l’éternité.”
    Probablement le WKW que j’ai le moins aimé, mais j’aime beaucoup cette légende.
    Grosses bises !

    Ellecram > Et oui, tu sais bien comment je suis… je ne peux pas m’empêcher de faire ma curieuse !!
    Je te fais de grosses bises aussi. Merci pour tout ! A très bientôt !

    Masa > Ah ? Non, je n’ai pas trouvé la visite courte. C’était parfait. Plus c’est trop.
    Et puis je connaissais beaucoup des oeuvres explosées… Quant aux tirages, rien n’est jamais trop petit ! Surtout pour les images de la vie courante.🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s