En trois lettres…

… NPM

Je me souviens de cette rencontre. Il y a une éternité. Une amie à l’univers musical riche (et surtout différent du mien) me faisait découvrir Khmer, le premier album de Nils Petter Molvær… Et surtout Solid Ether, qui a nourrit une grande partie de mes fantasmes scandinaves.
Cette musique lancinante et aérienne me poursuit depuis lors.

Je me revois, lisant Le Voleur de Bible de Göran Tunström, un casque sur les oreilles avec Solid Ether pour compagnie, dans un train de nuit affreusement bondé, assise dans le couloir pour essayer de choper quelques bribes d’air que voulaient bien laisser passer les fenêtres. Aussi étrange que ce soit, Solid Ether me rappelle la Grèce. C’est là que j’ai vraiment su apprécier cette musique. Souvenirs… [Dire qu’à l’époque j’écoutais ma musique sur un walkman-K7…] Je me revois dans ces cars sans climatisation… roulant au pas… de ville en ville, les paysages désolés et désertiques, montagneux, laissant place à de vastes oliveraies. Solid Ether m’évoque le parfum des oliviers, les yaourts au miel et la moussaka…

J’aime ces albums là… ces souvenirs fiévreux. J’aime qu’ils soient en décalage avec cette passion scandinave qui me dévore (et qui j’espère me mènera bientôt en « terre sainte »).

Nils Petter Molvær en concert, 1999. Source : photo cliquable.

Nils Petter Molvær, c’est aussi pour moi, bien sûr, NP3 et er… ainsi que Re-vision, que j’écoute à cet instant même où je vous avoue ma passion (bien que je l’aie déjà clamée en d’autres lieux).
Alors que je viens d’investir dans Re-vision, album réunissant quelques extraits de bandes originales de film réalisées par le compositeur-trompettiste norvégien… je m’aperçois que j’ai manqué largement la sortie du dernier né : Hamada.

Horreur ? Abomination ? Que nenni ! Très bientôt j’irai écouter Nils Petter Molvær, religieusement… L’occasion j’espère d’apprécier quelques titres derniers-nés (et de plus anciens – voire très).
J’ai hâte. Je suis balancée entre mon désir d’assister enfin à une performance live… et la peur d’être déçue. La réponse très bientôt.

[Youtube=http://www.youtube.com/watch?v=GK6LVFYQriM]Leaps and Bounds, Nils Petter Molvær & Nizamettin Aric, extrait de la BO du film Hoppet.

J’adore ce dernier extrait que je partage avec vous… Je suis particulièrement sensible à ce métissage.
Un dernier mot, enfin… Je suis ravie de vous faire découvrir cette partie de moi… et cet artiste qui compte à mes yeux, quoi qu’en pensent certain(e)s. D’autant plus ravie que grâce à NPM, j’ai pu découvrir un autre artiste de talent : Eivind Aarset… Mais c’est une autre histoire.

[Lien MySpace ; site officiel]

Et puisqu’on en est aux confidences… Je vous informe que jusqu’à présent vous avez offert à cet espace 490 commentaires… Je décide donc d’offrir la possibilité d’écrire quelques lignes en ces lieux à celui qui sera le 500ème commentateur ! (Si bien sûr cette personne le désire… et si tant est que le 500ème commentaire arrive. Cela pourra prendre un certain temps.)

Amusez-vous bien !

6 réflexions sur “En trois lettres…

  1. Merci pour cet univers, merci. C’est vrai, c’est réellement superbe et d’une sérénité, d’une modernité profonde et rare. ça va vite rentrer dans ma playlist🙂.

  2. Je vais aller découvrir cet artiste sur le champ. J’ai l’impression que j’ai trouvé en ta personne une encore plus scandinavophile que moi ! J’espère que tu auras l’occasion de réaliser LE voyage. J’ai fait la Norvège, la Suède et l’Islande, ne me manque que la Finlande et le Danemark (traversé rapidement) !

  3. Salut cocotte;)
    Univers musical très spécial en effet et ma foi je ne déteste pas mais à petite dose;)
    J’ai découvert moi un groupe de 3 femmes « Trio de Tzane » qui chante des chansons bulgares, turques etc…dans l’émission de J.F.ZYGEL et c’est pas mal aussi:D
    On est loin de tout connaître.Encore merci de nous faire partager tout cela et d’étendre ainsi nos connaissances.

  4. Fred, ravie que cela te plaise ! Moderne je ne sais pas, mais en tous cas c’est une musique qui me parle !

    Septentria, Je t’ai blipé un titre d’Eivind Aarset hier, et je pensais aussi un peu à toi en postant ce billet. Pour ma part je ne suis partie dans aucun de ces pays. Mais je me les imagine… Je m’imagine parcourant les paysages décrits par Selma Lagerlöf… Et c’est beau. Si beau. ^^

    Ellecram, je me doutais bien que ce ne serait pas ta tasse de thé, mais je suis quand même contente que tu apprécies. Et merci pour ce groupe dont tu parles, je vais de ce pas écouter cela !

    Bises à vous trois !

  5. merci tout plein ! en cherchant des infos sur « the bird and the bee » que je viens de découvrir -je tombe sur cette belle musique de Nils PV- et aimerai bien le voir en concert, ce doit être une belle expérience.
    Ce sont des gens qui doivent aimer Gong (je recommande l’album « YOU » )
    bien à vous, et vive l’ouverture, mais pas les courants d’air

    • Je ne sais pas trop comment votre recherche sur « The bird and the bee » vous a amené ici, mais vous m’en voyez ravie !
      Sinon, oui, Gong, je connaissais😉 Mais merci.
      (Courants d’air ?)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s