De l’improvisation nécessaire.

FARNIENTE

Photographies extraites de l'exposition "Stiletto" actuellement à la MEP de Paris.

Vue de l'exposition "Obsessions by Stiletto", actuellement à la MEP de Paris.

Si je devais tout vous avouer, je vous dirais qu’en ce moment je ne devrais pas avoir une seconde à moi. Je devrais lire, bosser, bachoter, me coucher tôt, me lever tôt, manger équilibré, pas d’alccol, pas de tabac, pas de mec (ça nuit bien trop à ma santé mentale !). En bref, une vie ascétique… au moins jusqu’à la période des écrits.
Oui, mais voilà. Il se trouve que depuis des mois je ne me suis pas reposée. Le repos. Complet. Où tu ne penses à rien. Où ton esprit ne serait parasité par aucun problème de quelqu’ordre que ce soit.
Voici donc que depuis des mois, malgré un rythme assez calme, je ne trouvais pas le moyen de prendre ce temps. Esprit perturbé de multiples façons que ce soit, stress, stress, stress qui m’empêchait de savourer l’instant présent.

Après quelques jours de mécontentement, voici que je re-trouve une certaine sérénité mentale. Ces moments restant dans l’ensemble somme toute assez éphémères, je décidais donc d’en profiter. Deux mots d’orde : me faire plaisir et profiter.

Poni Hoax

Poni Hoax

Cette phase commençait réellement mercredi dernier, quand je décidais d’acheter une place pour me rendre au festival Factory, afin d’assister à la prestation de Poni Hoax. Comme souvent dans les festivals où les artistes sont plusieurs à se partager la tête d’affiche, l’ambiance était très partagée. Il est certain que l’ambiance ne pouvait être pire que lors de ce fameux concert des Married Monk à l’Olympic de Nantes il y a de cela bien trop d’années. Non. (Et pourtant ce que c’était bon ! Mais gens sont des porcs.)
De mon côté, bien qu’à demi-tétanisée par diverses données (assister seule à un concert prenant une bonne part des réjouissances), j’ai été totalement subjuguée par ce concert. Séduite par ce lieu mythique qu’est la Cigale (l’une des salles les mieux foutues où j’ai eu l’occasion de me rendre) et par l’énergie du groupe. Ambiance abrupte. Musique à la rencontre d’univers disparates.
On aime ou non. Je suis conquise. Plutôt deux fois qu’une. Voire en mode groupie. Effrayant.

Dimanche je me rendais à la MEP, histoire de me sustenter des dernières photographies exposées que je n’avais pas encore vues.
Des univers là aussi totalement disparates et un choix d’artistes exposés démultiplié.
Ni plus ni moins huit expositions dans des registres absolument différents.
Je ne vous ferai pas l’exposé scolaire résumant chacune de ces portions d’exposition…
Une curiosité. Deux coups de coeur. Une redécouverte.

1. D’abord, la curiosité puisque c’est par cette première portion que j’ai commencé ma déambulation : Dimitri Tsykalov. Une esthétique qui ne me correspond pas le moins du monde. Une sensibilité qui n’est pas la mienne. Et pourtant, les clichés de la série « Meat » ont su laisser une trace indélébile sur l’écran de ma mémoire. Peut-être parce que je n’aime pas la viande et que je n’ai pas mangé de viande rouge depuis plus de dix ans… ?

Dimitri Tsykalov, TONFA, 2008

Dimitri Tsykalov, TONFA, 2008

 2. « Obsessions by Stiletto«  exposition présentant divers clichés réalisés par moult artistes de renom pour la revue de mode… Martin Parr, Douglas Gordon, etc.
Représentations diverses, frontalité, fétichisme. Chaussures, étoffes, personnalités indifférenciées.
Agréable. (Cf. cliché en haut de page.)

Roman Cieslewicz, « Photo-graphiK ». Là encore, une esthétique peu plaisante à mes yeux… mais allez savoir pourquoi, j’ai été séduite et fascinée par ces images/collages, comme sortis d’outre-tombe. Je dois même avouer que certains visuels m’ont plu. Et puis, parfois il faut savoir saluer le talent, même lorsqu’il ne nous touche pas particulièrement.

3. Jacques Monory. « Roman photo« . Redécouverte et totale adhésion.
De la photographie à la peinture il n’y a qu’un pas. Par cette série de toiles, Jacques Monory invite son spectateur à entrer dans un monde bien particulier. Visuels chromatiques. Perdus entre hier et aujourd’hui, à la croisée des mondes. Du noir au bleu. Du blanc à l’écru. Couleurs d’une autre vie, d’un autre cinéma.
Oeuvre frontière, ce roman-photo possède ce pouvoir sacré. Celui d’hypnotiser.
Une fois de plus c’est conquise que je suis sortie de cette exposition. Des images plein la tête. Des sensations. Et un bref sentiment de trop peu.

Jacques Monory, Spéciale n°57, A Nicéphore Niépce, 2007.

Jacques Monory, Spéciale n°57, A Nicéphore Niépce, 2007.

Sans oublier Jean-Louis Dumas.

Expositions à découvrir et savourer jusqu’au 26 octobre 2008 à la Maison Européenne de la Photographie de Paris.

Enfin, je ne peux clore cette page sans parler de Vicky Christina Barcelona, le dernier Allen que je suis allée voir hier… Sujet multi-développé déjà sur le net. N’ayant rien de plus ou de mieux à ajouter, je dirais simplement ceci :  sensualité, rythme. Un opus intéressant. Qui peut parfois ennuyer dans sa forme allénienne (présentation et mise en place du sujet parfois longues et laborieuses)… mais la trame sait se faire tendre et sensuelle. Peu de surprises mais d’une élégance non négligeable, savoureuse à souhait.
Quant à Javier Bardem…
Je vous laisse libres juges.

Je ne sais pas combien de temps durera encore ce farniente aux douces effluves estivales… Il faudra probablement y mettre fin très rapidement, mais qu’est-ce que c’est agréable !!

Et vous, vous faites quoi pour vous détendre ?

2 réflexions sur “De l’improvisation nécessaire.

  1. j’entends énormément parler de Poni Hoax et ce, depuis pas mal de temps.
    mais j’ai jamais écouté.

    tu as fini par me convaincre. j’vais voir ce que je trouve sur eux…

  2. Ahhh, Poni Hoax.
    Une longue histoire d’amour (unilatérale). Déjà il y a quelques années je m’étonnais de mon amour pour Le Crépuscule des dinosaures… et voici que je tombais raide de cette nouvelle formation. (Il faudrait que je cesse de mettre leur nom dans tous mes billets.)
    Je ne suis pas objective mais j’espère que ça te plaira !

    Ravie en tous cas de t’accueillir en ces lieux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s